12 Octobre

Délivrez-nous du mâle…

Un nouveau dogme de la biologie vient d’être mis à mal par une expérience réalisée au Japon. Une équipe de chercheurs vient de publier ses résultats concernant la naissance d’une souris ayant pour parents deux femelles. C’est la première fois qu’un mammifère est obtenu sans l’intervention d’ADN provenant d’un mâle.

Les enquêtes de satisfaction, une mode qui gagne…

L’émouvante cérémonie d’adieu à Johnny, celle de Charles Aznavour aujourd’hui, prouve qu’il n’est pas nécessaire d’être résident fiscal en France pour obtenir des funérailles nationales. C’est Florent Pagny qui va être content.
(Expo Le Caravage au très chic musée Jacquemard André.) “20 minutes” publie cette photo prise à Moscou lors d’une manifestation contre la réforme des retraites. J’en déduis qu’il y a chez les Russes de très jeunes retraités ou que, très jeunes, les Russes se préoccupent de leur retraite.

La vacance de monsieur Hulot

Paris en août.

14 Juin. Un club libertin échappe à un attentat.

Qui est-ce ? Un djihadiste lisant le Coran dans les montagnes d’Afghanistan ? Pas du tout. C’est un moine italien peint par Corot.

No comment.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grève… Je tombe sur cette petite affichette. Rien ne vous frappe ? Si ? Bon au cas où vous ne seriez pas observateur : le poing fermé ne comporte que trois doigts. Erreur du dessinateur ? Ou petit coup de flemme, parce que quatre doigts, c’est du boulot  à dessiner… et quand on appelle à la grève. Je suis allé voir sur le site de ce mouvement : tous les poings (il y en a une grande variété) sont identiques. Nous avons peut-être affaire à des mutants ? Pour ma part, le seul personnage  à trois doigts que je connaisse… c’est Mickey Mouse. Je doute qu’il  ait servi de modèle.

J’aime bien le texte aussi. Ça ratisse large, ce “ils”. On entend ça souvent au bistrot  : “Ils savent plus quoi inventer pour nous faire chier !”. Et ce curieux “nous spolient”. pourquoi diable les guillemets ? Un citation d’un discours, sans doute ? Mais de qui ? Je n’ai pas la réponse. Je note l’apparition du mot spolier dans la vocabulaire de la gauche alternative.  Spolier, c’est dépouiller d’un bien. De quoi peut-on dépouiller des gens qui se plaignent de n’avoir rien ? À  moins qu’ils n’aient voulu écrire “spoiler”, qui, dans son acception actuelle, signifie raconter la fin d’une série avant qu’on en ait vu tous les épisodes ?…

HOP !

Forte de la loi du 17 août 2015, l’association HOP (Halte à l’Obsolescence programmée) attaque Apple et Epson en justice.

Je suis choqué : pour une fois que des multinationales respectent scrupuleusement les lois de la Nature, on les attaque en justice. Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais l’obsolescence programmée concerne tout ce qui vit sur notre planète et largement au-delà puisque notre soleil lui-même est appelé à se dissoudre, ou à exploser (je n’ai pas très bien compris) plus forts que les geeks d’Apple, les astrophysiciens connaissent même la date à la minute près.

Pour ma part, n’étant absolument pas d’accord avec ma propre obsolescence programmée, j’envisage de lancer sur un site approprié une pétition contre Dieu.

Pommes pourries

Dans la lignée des “Balance ton porc”, il existe désormais un site, Rotten apple, qui vous permet de vérifier, avant de visionner un film, si les producteurs, les acteurs, voire même les scénaristes ou les machinos se sont comportés en prédateurs sexuels. Vous tapez par exemple “Chinatown” et les mots “Rotten Apple” apparaissent en rouge. Sans autre précision . Si vous ignorez que c’est Polanski qui a commis l’outrage, vous pouvez aussi bien soupçonner John Huston de comportement libidineux. Pour “Une journée de merde”, j’ai vérifié, tout va bien ! “Fresh apple” s’inscrit en vert. Mordez à pleines dents, mes amis ! Toutefois le site vous invite à le contacter si vous possédez des infos révoltantes qu’il aurait ignorées. Je crois me souvenir que le Vatican éditait jadis ses recommandations en matière de cinéma, mais ça, je pense qu’ils n’auraient pas osé le faire.

Homard m’a tuer ou pince-moi je rêve

Sur la question des migrants ça n’avance pas beaucoup, des esprits chagrins, très à droite, trouvent même… qu’ils s’incrustent assez. En attendant, la Confédération Helvétique vient de réaliser une grande avancée, dans l’esprit d’un Henri Dunant, en définissant de manière claire, la manière dont les homards doivent être convoyés sur leur lieu d’exécution, puis mis à mort après avoir été étourdis. (La Suisse a, depuis longtemps, une grande expérience en la matière si l’on en juge d’après les divers protocoles de Genève définissant l’usage et la nature des armes dans les conflits. Elle est également en pointe, comme chacun sait, dans le domaine de l’euthanasie) Tant de sollicitude réchauffe le cœur et pour les vegans, c’est un premier pas vers l’interdiction complète des importations. Suivront sans doute les gambas dont on ne nous dit pas si, à l’instar du homard, elles peuvent ressentir la douleur. Je crois aussi que je vais arrêter, préventivement, de manger des huîtres au cas où, à défaut de perle, elles abriteraient un cortex. Au passage, il conviendra de ne plus employer l’expression “Il a un cerveau de bulot” parce que, précisément, le bulot risque de nous étonner dans les années qui viennent. On dira peut-être, des larmes dans la voix : “Il a une sensibilité de bulot”. Reste que la loi ne sera pas facile à appliquer : on ne peut mettre un policier derrière chaque commis de cuisine puisqu’on en manque déjà pour surveiller les terroristes potentiels. Heureusement, en Suisse, la délation est un peu le sport national. Il suffira de désigner le coupable sur le site

#balance ton homard